Accueil

  • : Le blog de Pom
  • Le blog de Pom
  • : Patchwork, quilt, peinture, poupées, photos, Régions de France...
  • Contact

Il butine ailleurs

Pour Trouver Un Article De Ce Blog

Copyright

Photos et textes de ce blog, sauf mention contraire, sont de Pom, et ne sont pas libres de droit. Merci de me demander l'autorisation. Reprendre une mention de copyright d'un tiers sans son autorisation est un délit de contrefaçon.
2 février 2010 2 02 /02 /février /2010 15:58
Le bloc de granit
s'abandonne
entre des mains rudes…
Le sculpteur ordonne
à la matière de se soumettre.
Il façonne
selon son doux plaisir
ou tronçonne
selon ses violents désirs.
Il griffonne
sa folle empreinte,
et déraisonne
dans des élans incontrôlés.
Il perfectionne
son geste destructeur,
et bougonne
quand la pierre résiste.

Parfois l'oeuvre est grandiose,
parfois le sculpteur est maladroit.
Le roc et sa patience
volent en éclats,
il regarde ses mains
et tempête après la pierre.
Jamais il n'accuse
sa violence échappée.
Le bloc de granit
s'abandonne
comme la femme
entre les mains d'un homme.

Parfois le sculpteur est maladroit.


Emasculation-a-Venise.jpg



Quand le sculpteur maladroit est une femme, on l'appelle peut-être une sculptrice castratrice,
cf. cette photo que j'ai prise au cimetière de Venise, sur l'île San Michele.

Partager cet article

Repost0

commentaires

G

C'est vrai que la violence est nuisible à la beauté du corps et de l'âme et comparer un bloc de marbre à un corps féminin est judicieux. Une femme attend dans l'amour une douce violence mêlée à
beaucoup de tendresse.


Répondre
P

J'ignore ce qu'est une douce violence !


J

Que peut-on ordonner à la matière ? Elle s'offre,inspire et montre la voie. L'artiste doit s'abandonner, ne pas la soumettre mais la libérer. L'oeuvre est, je crois, l'alchimie de ces deux
abandons.
Beau texte !


Répondre
P

Oui, vous avez raison, l'artiste devrait la libérer... Tous les "sculpteurs" n'ont pas une âme d'artiste ! L'alchimie de deux abandons, c'est très juste, mais pas toujours facile à réaliser !
Merci d'avoir si bien compris mon texte.
Merci d'être revenue me rendre visite, j'apprécie !
 


P

Un bien joli texte,pauvre statue ,il lui manque l'essentiel !non????????
Douce journée.


Répondre
P

lol ! Oui, ce qui lui manque est assez essentiel pour elle-même, pour l'esthétique, pour notre regard, et ... pour la survie de l'espèce !
Bonne journée à toi aussi. 


S

Triste photo, mais joli texte ! Félicitations !


Répondre
P

Merci à vous.


L

Joli poème, mais... douleur ? révolte ? personne ne sait...


Répondre
P

Qui sait ... ?


B

Etrange : ça passe ou ça casse... mais c'est bien dit.
Vraiment bien ton blog, il est riche.


Répondre
P

Merci c'est gentil.


1

Assez troublants tous ces mots... mais amusant le commentaire sur ta photo !


Répondre
P

On s'amuse comme on peut, on oublie comme on veut.


M

Très beau, je comprends ce que tu veux dire ! Bises.


Répondre
P

Merci, ça fait plaisir d'être comprise et donc de partager !


L

Tu sais donner des frissons par tes mots, dur dur ! comme le marbre !
J'aime aussi ton humour !


Répondre
P


L'humour nous sauve de beaucoup de choses !



L

C'est aussi une forme de broderie, et c'est bien réussi ! Bravo, c'est plaisant.


Répondre
P

Merci, à bientôt.


M

Beau texte, mais un peu dur quand même.


Répondre
P

Dur comme la pierre ? ...


T

Ne voudrions nous pas tous avoir ce pouvoir, celui de façonner une personne tel que nous le voudrions mais là mieux vaut ne pas être maladroit
J'aime beaucoup ce texte et sa sensualité sous-jacente
Bonne soirée Pom
Amitiés
Tony Yves


Répondre
P

Merci pour votre visite. Personnellement je ne cherche pas ce pouvoir, c'est tellement mieux de découvrir quelqu'un et de le laisser s'épanouir dans le sens où il le souhaite... dans ce cas
l'évolution de l'autre est une découverte permanente.
Amicalement.


D

San Michele romantique île de l'éternité
Ou Stravinski rejoue Le Sacre du Printemps à perpétuité
Dans le marbre avec finesse le sculpteur a durement taillé
La statue de l'homme malheureusement mutilée
Pour que la femme s'abandonne dans l'intimité
Faut-il qu'elle soit aussi rudement caressée ?


Répondre
P

Je vois que vous avez été aussi faire un tour sur la tombe de Stravinski dans ce magnifique et merveilleux cimetière...
Merci à vous, fidèle lecteur ! 


L

hihi là tu m'as bien fait rire ! bonne soirée


Répondre
P

Tant mieux, c'est bon de rire aussi souvent que possible !


C

Bien écrit, c'est beau mais un peu violent je trouve. Bonne soirée.


Répondre
P

Merci. Seulement une douce violence !


N

Texte magnifique. C'est toi qui l'as écrit ?


Répondre
P

Merci, oui, c'est moi qui l'ai écrit, il m'arrive de jongler avec les mots... avec plus ou moins de bonheur !


P

Tu jongles avec le côté émouvant et l'humour final, c'est d'une grande finesse. Merci, amitiés.


Répondre
P


oui, c'est ça, je jongle. Merci pour ta visite.



F

Aïe Aïe Aïe ! Pôv statue, pôv mec, et pôv femme ! Mais c'est joliment dit, tu me surprendras toujours...


Répondre
P

Ne dramatisons pas... l'humour aide à prendre des distances !


M

ça m'interpelle quelque part, comme on dit ! Il y a comme une réponse d'humour à un écho de souffrance... Non ?


Répondre
P

Si c'est une question, elle me paraît indiscrète ! Conservons juste l'humour en mémoire ! Merci pour votre passage sur mon blog.


G

Une belle sculpture est agréable à regarder, à toucher, à caresser comme l'est le corps de la femme aimée. Et peut importe les défauts ... ou les manques !


Répondre
P

Ben moi, le corps de la statue de la photo ne me tente pas vraiment... ! Il y a comme quelque chose qui manque…


M

Comment commenter ? Tu me laisses rêveuse, pensive.... joli texte, en tous cas ! A bientôt


Répondre
P


Merci. Ne rêve pas trop, sinon tu risques de te piquer les doigts avec ton aiguille... je quilte sans relâche, et bientôt... (mais quand ?),  je t'envoie une photo de mon japanese puzzle
!
Amitiés. 



J

Contente d'avoir de tes nouvelles. Tristesse, humour...


Répondre
P

Oui, je suis restée quelques jours sans venir sur mon blog. J'ai du boulot en ce moment !
Oui, l'humour est un facteur de résilience, ainsi la tristesse fout le camp ! 


S

Un pigeon obèse s'était peut-être posé ?... et crac !
bonne question : y avait-il des sculptrices, et à Venise ?
Un superbe texte, merci Pom; bonne soirée


Répondre
P

Merci, c'est gentil. Oui, à Venise, les pigeons sont obèses, gavés par les touristes !! Mais la chose était-elle trop frêle pour ne pas supporter un pigeon ?
Bonne soirée à toi.